SOCIAL & LIFESTYLE

L’Afrique est une terre de talents et d’avenir

Oui, l’Afrique est belle et bien une terre de talents et d’avenir.

J’ai souvent trop entendu à travers le monde, les gens se plaindre de notre Afrique. J’ai d’ailleurs autrefois, fait partie des personnes qui ne voyaient en l’Afrique une terre de peu de réussite, de peu de confort et d’une santé peu réjouissante.

Il est d’ailleurs courant d’entendre que l’Afrique est la cause du moins bien être des autres.

Cette théorie a été entretenue pendant des années, des siècles d’ailleurs. Elle a tellement été bien montée au point de devenir un fait.

Le mythe a été si bien entretenu que l’Africain s’est vu inferieur au reste du monde…

La culture africaine se voit sacrifiée face au terrorisme intellectuel de notre ère. Mais le plus choquant, c’est la perte des valeurs africaines, véritablement humaines, contre les valeurs modernes qui éloignent l’homme de son statut d’être humain.

J’ai par exemple souvent rigole face à l’africanisation du mot “corruption” qui visiblement n’est pas d’origine Africaine.

Je pense sincèrement que l’Afrique vit ses plus forts moments. L’Afrique a toujours eu des talents et en aura plus encore. Il est surtout temps que tous nous engageons dans un combat commun. Le succès de l’Afrique passe par l’unité à l’échelle régionale. Il est triste de constater que pour des intérêts personnels et surtout sous la pression externe, que les Africains se dispersent.

Je souligne que les problèmes des Africains doivent être réglés par des Africains. Le linge sale se lave en famille et il faut dix doigts pour laver un visage.

L’amour d’autrefois a cédé au charme du pouvoir. La main qui donne est toujours au-dessus. Je crains que le partage et l’harmonie n’aient déjà quitte l’Afrique. Non, je voulais précisément dire, je crains qu’on nous ait arrache l’amour qui prédominait en Afrique.

Il faut diviser pour mieux régner dit-on et surtout applique-t-on. C’est ainsi qu’on a introduit la méfiance, la haine, la peur. Un cycle si bien organise que même les élites se sont laisses avoir, a défaut, réduit au silence.

Pourtant, je crois et souligne que l’Afrique est une terre de talents et d’avenir. Aujourd’hui, alors que j’écris ces mots, je suis conscient que notre Afrique est sur le point de connaitre un changement sans pareil.

Nous vivons aujourd’hui, plus de 60 après les indépendances, une prise de conscience générale et une explosion de talents, jeunes, en Afrique.

Il est ainsi temps de remettre en cause le système, de prendre en mains notre destin et gérer nos propres contentieux.

A plus de 60 ans, il n’est plus question que l’on nous dicte notre destin. Notre talent est régulièrement exporte au même titre que nos matières premières.

Aujourd’hui, les enjeux géopolitiques et économiques appellent au réveil des Africains. Avec une population relativement jeune, l’Afrique est le continent de l’avenir. Il est temps que l’Afrique écrive son histoire, par ses propres hommes.

L’avenir de l’Afrique appartient à l’Afrique. D’ailleurs, il est opportun de souligner que l’Afrique n’est pas le mal de ce monde. 

L’aide en Afrique se chiffre en milliards de dollar, pourtant, aucun problème n’est jamais résolu. Les maladies ne cessent de tuer des milliers de personnes chaque année et le terrorisme ne cesse d’envahir l’Afrique.

Ce qu’il faut savoir c’est qu’il y a un intérêt juteux à entretenir ces maux en Afrique. En effet, pour manipuler un peuple, il faut au préalable le distraire, l’éloigner des sujets les plus importants pour son développement, son évolution.

Il est temps que notre Afrique forme un bloc. Il est temps de prêcher à juste valeur, la valeur du peuple Africain, la richesse et le potentiel de l’Afrique, pour les Africains et par les Africains.

Prêchons l’unité d’un seul peuple (Africain) et la protection de notre avenir. Tout est possible.

Rêvons grand et donnons-nous les moyens d’y arriver.

Oui, nous avons aussi le droit d’unifier nos peuples et nos économies. Oui, nous avons le droit de choisir nos partenaires. Oui, nous avons le droit de diversifier nos économies selon nos réglés. Oui, nous avons le droit de choisir nos dirigeants.

Non, il n’est pas utile que des non Africains contrôlent nos institutions. Non, les medias étrangers ne nous instruisent pas. Non, notre système éducatif n’est pas objectif. Non, la paix ne peut venir d’ailleurs. Non, les mots en Afrique ne sont pas majoritairement d’origine Africaine.

L’Afrique que nous quittons est le continent le plus convoite au monde. Il est temps de changer notre système de pensées. Protégeons notre people, nos dirigeants, nos ressources et nos institutions. Façonnons une belle Afrique et des peuples dignes.

Written by Crys D. TACKY